Concert

SERGEY BABAYAN & L’ORCHESTRE DE CHAMBRE DE GENEVE

LES ATHENEENNES


SERGEY BABAYAN & L’ORCHESTRE DE CHAMBRE DE GENEVE
9 juin 2018   8:00 PM
Alhambra
10, Rue de la Rôtisserie
Geneva - Switzerland

LES ATHENEENNES

SERGEY BABAYAN & L’ORCHESTRE DE CHAMBRE DE GENEVE

WILSON HERMANTO, direction

Mozart Concerto pour piano et orchestre n°9 K.271, dit «Jeunehomme»

Schnittke Concerto pour piano et cordes.

L’une des plus grandes merveilles du monde pour Alfred Brendel, peut-être le premier chef-d’œuvre indubitable du style classique pour Charles Rosen. Le Concerto pour piano n°9 en mi bémol majeur (1777) de Mozart reçoit le surnom de Jeunehomme par déformation du nom de sa dédicataire, la jeune virtuose française Victoire Jenamy. En seconde partie, le Concerto pour piano et cordes op. 136 (1979), en un seul mouvement, du compositeur russe Alfred Schnittke. De la même génération qu’Arvo Pärt et Sofia Goubaïdoulina, il est l’une des figures majeures de la musique de la seconde moitié du XXème siècle.

Au piano, le très grand Sergey Babayan, pianiste au «touché inégalé, [au] phrasé parfaitement harmonieux et [à la] virtuosité à couper le souffle» (Figaro).

Il est accompagné par l’Orchestre de Chambre de Genève, sous la baguette de Wilson Hermanto.

Réservation:

https://www.lesatheneennes.ch/produit/samedi-9-juin/

Programme:

https://www.lesatheneennes.ch/programme2018/#samedi-9-juin-2018

SERGEI BABAYAN

Acclamées pour leur spontanéité, leur sensibilité et leur profondeur, les interprétations de Sergei Babayan révèlent une intensité émotionnelle et une énergie effrontée, lui permettant d’explorer un répertoire varié. Il est connu pour sa programmation atypique, incluant souvent des œuvres modernes ou contemporaines telles que celles de Lutoslawsky, Ligeti ou Arvo Pärt, et repoussant les limites du répertoire traditionnel où il est toujours acclamé, excellant tant dans Mozart, Beethoven, Brahms et Schumann que dans le patrimoine russe de Rachmaninov, Scriabine et Prokofiev.

Étudiant auprès d’enseignants et musiciens légendaires tels que Gornostayeva, Naumov, Pletnev et Vlasenko au Conservatoire de Moscou, il s’est cependant très longtemps confronté au refus du gouvernement soviétique de le laisser se produire à l’étranger. En 1991, à la chute du régime, il est l’un des premiers musiciens à quitter le pays…

Dès son premier voyage à l’étranger, il rafle les premiers prix des grands concours internationaux : le Concours Robert Casadesus, le Palm Beach International Piano Competition, le Concours Hamamatsu au Japon (la légendaire ville des instruments Yamaha)… Il est également lauréat du Concours Reine Élisabeth, du Concours Busoni, et de l’Esther Honens International Competition à Calgary au Canada. Depuis il se produit en tournée à travers l’Europe, le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Afrique du Sud et l’Amérique.

Ses récitals au Carnegie Hall et à l’Alice Tully Hall ainsi que ces autres concerts avec le Cleveland Orchestra, le Baltimore Symphony et le Detroit Symphony ont été salués par la critique de même que ses nombreux concerts à travers les États-Unis.

Sergei Babayan est apparu lors de nombreux festivals en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Pologne, en Espagne et aux États-Unis. Ses concerts ont été retransmis par WQXR, WCLV, Radio France, Polish Radio and Television, BBC-TV et NHK Satellite Television. Il a réalisé plusieurs enregistrements pour EMC, Connoisseur Society et Piano Pro.

Ses enregistrements de Scarlatti, Ligeti, Messiaen, Mozart, Mendelssohn, Ravel, Schubert, Liszt, Vine, Respighi et Prokofiev ont obtenu une ovation. Le « Critic’s choice » du New York Times a loué sa « technique extraordinaire et sa capacité à jouer des œuvres densément harmonisées avec la transparence et une grande mesure du contrôle ». L’American Record Guide s’associe à ces félicitations vantant son « niveau phénoménal de couleur et d’imagination ». À propos de l’enregistrement des sonates de Scarlatti l’American Guide dit: « Il a désormais sa place aux côtés d’Horowitz … »

Babayan a joué avec de nombreux orchestres à travers le monde tels que le Cleveland Orchestra, le Warsaw Philharmonic, le BBC Scottish Symphony Orchestra, l’Orchestre National de Lille et la New World Symphony. Ses prestations avec le Detroit Symphony Orchestra et le Baltimore Symphony Orchestra ont été accueillies avec beaucoup d’enthousiasme par le public et la critique. Il a notamment collaboré avec les chefs Yuri Temirkanov, Neeme Jarvi, Hans Graf, David Robertson, Kazimierz Kord et Michael Christi, et son répertoire de concertos ne cesse de s’étendre.

Le profond intérêt et l’amour de Babayan pour la musique de Bach l’a récemment amené à étudier avec Helmuth Rilling. En perpétuelle recherche de nouveauté, Babayan a étudié la direction afin d’approfondir sa compréhension de l’orchestre, d’étudier et de jouer la musique du XXème siècle qui l’intéresse particulièrement, ainsi que de pouvoir diriger un orchestre au piano. Ainsi, il a déjà dirigé du Bach, Haydn, Mozart, Schnittke, Part, Vasks, Schedrin et Prokofiev.

En mai 2006, Barayan a été invite par Gergiev pour jouer un concerto pour piano de Lutoslawsky lors du XIV International Festival “Stars of the White Nights” à St Petersburg avec le Mariinsky Orchestra. Cette performance fut louée par les publications russes et rencontré un franc succès auprès du public. Depuis il collabore régulièrement avec Gergiev.




Back to the calendar